Passer au contenu principal
Retour vers la liste des services
Accueil Faculté ou Institut
Go Search
English
Bannière
 
 

Activités de recherche


Les deux champs d’étude couverts par le service de Psychologie cognitive et Neuropsychologie (PC&N) sont la neuropsychologie et la psychopathologie cognitive. Le laboratoire a pour ambition, au-delà des études menées dans ces champs respectifs, d’appréhender les relations unissant émotion et cognition.
Les recherches du service portent sur l’étude du développement et du fonctionnement cognitif et émotionnel des individus. Parmi les nombreuses recherches menées au sein du service, trois compétences sont particulièrement étudiées : le langage, et plus largement la communication tant verbale que non-verbale, les fonctions exécutives et la mémoire sémantique, ainsi que les interrelations entre ces fonctions. Les travaux du PC&N visent à améliorer la qualité de l’évaluation et de la revalidation de ces compétences, et comprendre l’influence de diverses dimensions psychopathologiques sur leur fonctionnement. Pour ce faire, des méthodes et outils diagnostiques sont élaborés, ainsi que des canevas d’intervention ciblés. Les populations concernées par les recherches du service concernent tant l’enfant, l’adulte que la personne âgée, sain ou présentant des troubles psychopathologiques et/ou neuropsychologiques.

Thématique 1 : Langage

Les travaux relevant de cet axe interrogent les champs du diagnostic et de la prise en charge des aptitudes langagières et communicationnelles. Les études portent sur :

  • le langage des personnes âgées saines ou atteintes de pathologies neurodégénératives, tout particulièrement auprès de patients atteints de maladie d’Alzheimer ou d’une aphasie primaire progressive. Elles portent tant sur l’aspect verbal (production et compréhension) que non-verbal (utilisation et compréhension de gestes). Un champ particulier d'étude concerne l'altération du langage chez les personnes bilingues atteintes de la maladie d'Alzheimer. Le PC&N participe à la mise au point de différents outils d'évaluation des compétences langagières spécifiquement élaborées à destination des patients (batterie GREMOTS, D-TLV, Echelle de Communication dans les Maladies Neurodégénératives (ECMN)). Concernant la prise en charge, nous évaluons l’intérêt d’interventions neuropsychologiques et orthophoniques/logopédiques et participons à la mise au point de batteries d’intervention, tel Logaatome.
  • l’acquisition de mots émotionnels et la maitrise des concepts qu’ils véhiculent, auprès d’enfants présentant des troubles émotionnels et du langage.
  • le développement du langage chez les enfants à haut potentiel intellectuel et le rôle de la spécialisation hémisphérique et de l’assynchronie observée entre la maitrise des fonctions langagières et praxiques dans l’émergence de difficultés émotionnelles chez ces enfants.


Thématique 2 : Fonctions exécutives et mécanismes attentionnels

Les travaux relevant de cet axe visent à caractériser le fonctionnement exécutif et les mécanismes attentionnels et à déterminer les interrelations possibles entre ces processus et certaines caractéristiques psychopathologiques.  Les études portent sur :

  • les biais affectant le déploiement de l’attention visuelle et le rôle du contrôle attentionnel lors du traitement d’informations émotionnelles chez les enfants souffrant de troubles anxieux.
  • l’impact du développement, chez l’enfant, d’un trouble déficitaire de l’attention/hyperactivité sur l’efficience exécutive et attentionnelle.
  • les compétences en cognition sociale chez les enfants anxieux et/ou à haut potentiel intellectuel, et leur rôle avec le développement des fonctions exécutives comme l’inhibition ou la flexibilité cognitive.
  • les relations entre fonctionnement exécutif et théorie de l’esprit chez les patients souffrant de troubles de l’humeur (en collaboration avec le Prof. Chrystel Besche-Richard, Université de Reims Champagne-Ardenne).
  • l’attention envers les sensations corporelles dans les troubles anxieux et l’influence de l’efficience exécutive sur les capacités intéroceptives.
  • l’étude d’une tâche cognitive particulière, la fluence, verbale et non-verbale (i.e. prononcer un maximum de mots ou de dessins en deux minutes) auprès de patients atteints de schizophrénie.
  • l’impact des troubles exécutifs sur les compétences langagières de patients atteints de la maladie d’Alzheimer. 


Thématique 3 : Mémoire sémantique et lexico-sémantique

Les travaux relevant de cet axe visent à la meilleure compréhension du développement des soubassements cognitifs impliqués dans le développement mnésique. Les études portent sur :

  •  le développement lexico-sémantique chez l’enfant (processus de dénomination particulièrement).
  • la mise en perspective de l’évolution (chez le jeune enfant) et l’involution (chez la personne âgée atteinte d’une maladie d’Alzheimer) des compétences lexico-sémantiques au travers des âges (hypothèse de rétrogenèse ; Reisberg, 1988).
  • l’impact du vieillissement sur les fonctions mnésiques de patients présentant des troubles bipolaires (en collaboration avec le Prof. Chrystel Besche-Richard, Université de Reims Champagne-Ardenne).
  • le développement de biais d’interprétation dans l’anxiété sociale chez les jeunes et leur lien avec les stratégies mnésiques d’encodage et de récupération de l’information autonoétique.