Passer au contenu principal
Retour vers la liste des services
Accueil Faculté ou Institut
Go Search
English
Bannière
 

Avis de parution

   

2 novembre 2010

ADOLESCENCE ET RETARD MENTAL
Sous la direction de : Marie-Claire Haelewyck, Hubert Gascon

Comment intégrer l'adolescent présentant un retard mental au milieu scolaire, social ou professionnel ? Quels sont les défis pour la famille, l'école et l'accompagnement ? Comment rendre cet adolescent plus autonome ?

L'adolescence est une période cruciale du développement. Elle débute à la puberté et mène vers la vie adulte. Mais, qu'en est-il chez la personne qui présente un retard mental ?
Il existe de nombreux ouvrages sur l'adolescence. Cependant peu d'écrits abordent cette période du developpement chez la personne qui présente un retard mental. Adolescence et retard mental comble ce manque et décrit les différents défis qui y sont associés.
Il traite, notamment, du développement psychologique, de l'éducation, de la scolarisation, de la santé, et décrit des pratiques qui visent l'autodétermination, l'inclusion et la participation sociale, en alliant théorie et pratique.
Adolescence et retard mental cible un large public composé de professionnels de l'éducation, de la santé et des services sociaux, ou d'étudiants de diverses disciplines telles que les sciences de l'éducation, les sciences humaines et sociales. Il intéressera également les parents soucieux de mieux comprendre cette période de transition.

Plus d'info sur le site de De Boek

   

12 octobre 2010

AUTOÉVALUATION DE LA QUALITÉ DES SERVICES SOCIAUX ET MÉDICO-SOCIAUX
Expérience auprès de cinq services volontaires

Marie-Claire Haelewyck, Véronique Gousée
Technologie de l'action sociale
TRAVAIL SOCIAL

L'évaluation, qui permet de vérifier si les objectifs fixés sont atteints, est souvent mal perçue et assimilée à la notion de contrôle. L'autoévaluation, elle, consiste en une participation volontaire des acteurs du travail social à un processus d'évaluation impliquant un mode de management participatif. Tous les partenaires sont impliqués dans cette autoévaluation y compris les bénéficiaires et/ou leur représentant. Ce système renforce l'idée que la personne présentant un handicap est au centre du projet.

Plus d'info sur le site de l'Harmattan.