Passer au contenu principal
Retour vers la liste des services
Approche réellement orientante
Sciences-Projets
Cerveau. Evaluer pour progresser
Accueil Faculté ou Institut
Go Search
English
Bannière
 

Journée nationale de l'ADMEE-Europe

Evaluation des apprentissages scolaires : apports des neurosciences & de  la psychologie cognitive

Date : 21 septembre 2016 de 9h00 à 17h00 (accueil dès 8h30)

Lieu : Université de Mons, Boulevard Dolez, 31, 7000 Mons - Salle Académique (1er étage)

Contact & inscription : natacha.duroisin@umons.ac.be

Les vidéos relatives à cette journée sont disponibles en bas de page

 

 

 

Programme

Mot d’ouverture

Laurent Lefebvre - Chef du service Psychologie cognitive et Neuropsychologie (Université de Mons)

Introduction

Natacha Duroisin (Université de Mons)

Conférences

Imagerie cérébrale et évaluation en éducation
Steve Masson (Université du Québec à Montréal)

Depuis une quinzaine d’années, les techniques d’imagerie cérébrale ont beaucoup progressé et permettent aujourd’hui d’obtenir assez facilement des images détaillées de la structure et de l’activité du cerveau. Ces images peuvent être intéressantes pour le domaine de l’évaluation en éducation, car elles permettent notamment de mesurer les effets des apprentissages scolaires, et même parfois des interventions pédagogiques, sur le cerveau. Lors de cette conférence, quelques exemples d’application de l’imagerie cérébrale en éducation seront présentés afin de mettre en évidence le potentiel de cet outil, mais aussi de ses limites.

Évaluation et intervention pour une meilleure santé cognitive
Véronique D. Bohbot (McGill University)

La navigation est un modèle avantageux pour étudier la mémoire parce qu’avec celle-ci nous pouvons dissocier les différentes stratégies mnémoniques qui dépendent de différentes parties du cerveau en manipulant les facteurs présents dans l'environnement. L'hippocampe est impliqué dans les stratégies spatiales, contrairement à la stratégie stimulus-réponse qui dépend des contributions des noyaux caudés. Les stratégies de navigation sont influencées par des facteurs non seulement biologiques, telle que la génétique, mais aussi par des facteurs provenant de nos expériences personnelles et quotidiennes (la routine, le stress, la récompense et l'entrainement spatial). Nos découvertes suggèrent que les stratégies spatiales, qui impliquent l'apprentissage des relations entre des points de repère environnementaux, sont critiques à la fonction de l'hippocampe qui, à son tour, peut avoir un impact important sur l'incidence de troubles neurologiques et psychiatriques.

Approches cognitives et développementales de la déficience intellectuelle
Yannick Courbois (Université de Lille 3)

La déficience intellectuelle se manifeste par de grandes difficultés dans les apprentissages scolaires. Elle se caractérise aussi par une forte hétérogénéité des profils cognitifs présentés. Après avoir présenté les particularités d’apprentissage des personnes avec une déficience intellectuelle, la conférence abordera la question des spécificités étiologiques. Peut-on identifier des profils cognitifs différents en fonction de  l’étiologie de la déficience intellectuelle (la trisomie 21 par exemple) ? Quels seraient les intérêts et les limites d’une telle démarche pour les apprentissages scolaires? La présentation s’appuiera sur des travaux de recherche réalisés en psychologie du développement.

Processus cognitifs, expérimentation, évaluation: Piaget, et puis?
Roland Maurer (Université de Genève)

En 1965, Piaget remarquait qu'en dépit des avancées de la psychologie, on ne savait paradoxalement toujours pas évaluer ce qu'il reste aux élèves, cinq après, des connaissances acquises à l'école. Cette remarque, encore vraie de nos jours, pose plus généralement la question de l'apport des théories de la cognition à l'évaluation des apprentissages.

Piaget distinguait deux sens à "apprendre": l'un, étroit, correspond à la simple acquisition de contenus; l'autre, large, est – en termes piagétiens – celui de l'équilibration des schèmes, par laquelle la pensée change de forme de manière définitive (alors que les contenus peuvent, eux, être oubliés).

Or, il existe maintenant de nombreuses techniques d'évaluation des processus cognitifs, développées dans le cadre de la psychologie cognitive ou même de l'éthologie cognitive, qui interrogent justement la forme de la pensée du sujet. Quelques exemples (dont certains d'inspiration piagétienne) seront discutés ici, en lien avec le cadre scolaire. 

 Vidéos de la journée d'étude

 Autres journées nationales de l'ADMEE organisées par l'INAS